jpd2Jean-Paul Dollé,
un esprit de Mai s’en va


Toute sa vie, Jean-Paul Dollé, philosophe, essayiste, romancier, aura été fidèle à l’esprit de Mai 68, à ce désir de révolution que portait en titre son premier livre. Il n’en chantera pas le triomphe : il en subira plutôt la disparition, le vide qu’il laissa, la gueule de bois, ou le spleen d’un temps sans but et sans fin. De Mai, il gardera la chevelure ébouriffée, le goût pour les pantalons et les vestes en velours. Il avait un gros rire, traînait sa carcasse de façon nonchalante, aimait manger et boire. Il avait milité à l’Union des étudiants communistes avant de devenir maoïste.


Au début, il fut assimilé aux nouveaux philosophes, mais sa philosophie sera finalement nouvelle et s’éloignera d’une métaphysique pessimiste parce qu’elle mettra la ville, l’urbanisme, au centre de toute réflexion, qu’elle soit existentielle, morale ou politique. Comment vivre - survivre - quand on habite dans le rien, et, peut-être même le rien ? et comment retrouver la joie de penser un monde habitable ?


Jean-Paul Dollé, un esprit de Mai s’en va - Robert Maggiori - Libé - 04/02/11



dolle_04Notre temps est celui d'une course perpétuelle vers un nouveau toujours rattrapé par un présent qui s'efface au moment même où il se présente - Jean Paul Dollé, Le territoire du rien



logo_FCA ÉCOUTER SUR FRANCE CULTURE JEAN-PAUL DOLLÉ A PROPOS DE L'INHABITABLE CAPITAL


53405050_pJean Paul Dollé, philosophe, romancier et écrivain né en 1940, enseignait depuis 1969 à l’École d’architecture de Paris-la Villette. Très actif lors des événements de Mai 68, il est ensuite devenu l’un des animateurs du débat public sur la ville, sur la question de l’urbanité et de la citoyenneté. Cofondateur de Banlieue 1989, il a milité pour que la citadinité devienne un enjeu fondamental de la recherche philosophique et de la scène politique démocratique. Il animait le réseau architecture-philosophie composé d’architectes, de chercheurs et de philosophes. Aux Éditions Lignes, il a publié Le Territoire du rien (ou la contre-révolution patrimonialiste) en 2005 et L’Inhabitable capital, en 2010. Jean-Paul Dollé est décédé le 2 février 2011, à l’âge de 71 ans.