Paris détruit

Du vandalisme architectural aux grandes opérations d’urbanisme
Ed Parigramme, 2011


9782840966388FSParis s'élève sur ses décombres...


Relativement épargnée par les guerres ou les incendies, la ville patrimoniale a été affectée en profondeur par les destructions volontaires. L'âpreté spéculative a ainsi valu à beaucoup d'hôtels particuliers d'être rasés. Mais les destructions ont aussi été le fait - et à plus grande échelle - de la puissance publique quand elle a voulu percer de larges avenues ou aligner de vieilles rues pour régulariser la ville.


Toutefois, les pioches n'ont pas toujours été guidées par des nécessités lucratives ou urbanistiques. Ce sont parfois des symboles qu'on a voulu renverser. La démolition de la Bastille est le premier acte de la Révolution. D'autres suivront, même si les hommes de 1789 n'abattent finalement que peu d'édifices. La Commune détruit pour sa part sans délai, commençant par la maison de Thiers, figure versaillaise honnie entre toutes, et finissant par les Tuileries, dont les ruines resteront longtemps exposées.


S'appuyant sur une iconographie riche et spectaculaire, Pierre Pinon dresse le sombre bilan des démolitions parisiennes et retrace les étapes de l'émergence d'une conscience patrimoniale


Pierre Pinon, né en en 1945, architecte (DPLG) et historien, travaille sur l’histoire de l’architecture de la ville, sur l’histoire du paysage et celle de l’archéologie. Ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome, il a enseigné à l’École d’architecture de Paris-La Défense, puis à celle de Paris-Belleville. Il est actuellement directeur de recherche au CNRS.



A RETROUVER PARIS AU FIL DE SES DEMOLITIONS DIAPORAMA SUR LES ECHOS